logotype mayor+beusch

Vous devez avoir le flash player 9 installé et javascript activé pour voir les images de ce projet

photo du projet pour l'impression

Tours à Genève

Le développement économique soutenu du canton de Genève se confronte à l'exiguïté du territoire qui doit en supporter les constructions (des infrastructures, des bâtiments d'activités et de logement…). La planification directrice apporte des réponses en termes de disponibilité foncière, de renouvellement urbain, et de développement des infrastructures de transport public. L'étude de base "tours à Genève" vise à fonder les critères d'implantation d’une des formes de la construction contemporaine: les bâtiments élevés, dont on attend une augmentation locale de la densité, et la reprise (réinterprétée) d’une forme bâtie délaissée à partir des années 1980 à Genève.

La démarche se propose de lier un faisceau d'approches : l'histoire du développement de la ville, des définitions pour ce que l'on appelle "des tours", les caractéristiques (constructives, économiques, écologiques, paysagères) de cette forme urbaine. Ces éléments ont par la suite informés les critères d'implantation des tours, recherchés tant dans l'analyse fonctionnelle du territoire que dans les points de vue paysagers et dans la nature géologique ou hydrogéologique du sol.

Définition

Plan d'épannelage des années 1960 et 1970 / comparaison avec d'autres villes / proportion des volumes / distinctions entre tours communes (30 à 50 m.) et tours exceptionnelles de plus de 50 mètres.

Stratégies d'implantation

Stratégie des noeuds et interfaces de transport / stratégie des situations urbaines exceptionnelles / stratégie de seuils et de densification aux limites des grands espaces ouverts / stratégie des centralités de quartiers / stratégie de métissage morphologique dans les nouveaux quartiers. Des études-test ont été menées avec des avant-projets d’urbanisme sur des sites représentatifs des 5 stratégies proposées.

Lecture paysagère

Proposition d'une relecture de la ville et du paysage avec de "nouveaux accents", des "contrastes", des "contrepoints et alignements". Confection de vues panoramiques selon des points de vue de référence de la perception du paysage genevois.

Plan de synthèse

Carte des sites à potentiel de tours communes et de tours exceptionnelles avec les stratégies d'implantation afférentes / intégration des contraintes de nature du sol et de limitation de hauteurs exigée par la navigation aérienne.

    Maître d'ouvrage:Etat de Genève:
  • Service du Plan directeur
  • Direction générale de la nature et du paysage
  • Direction du projet PAV

Date de réalisation:2010

Mandataires:

  • MAYOR et BEUSCH, pilotes
    avec Anita Frei, Arnaud Berthier, Gérard Châtelain et Loïc Muriel
    collaborateurs : Henri Gindre, Monique Fellay
  • GADZ, ingénieurs

Les objectifs de densification poursuivis par la construction de tours se conjuguent à des attentes de nouvelles formes pour les lieux d'activités et pour le logement, la création d'espaces publics en contrepartie de la densification, ainsi que des attentes de renouvellement esthétique et symbolique de la ville.

Par contraste avec les logiques américaines et asiatiques de "downtown" de tours, ou de quartiers de tours, la recherche genevoise préconise un faible nombre de tours exceptionnelles, de plus de 50 mètres, en alignement sur certains axes primaires, et en "bouquets de tours" à proximité des noeuds majeurs de transports collectifs.